Alina Kabaeva : La maitresse préférée de Poutine dans de beaux draps en Suisse

Un mois après l’invasion de l’Ukraine par la Russie une pétition demandant à la Suisse d’expulser une femme russe du nom de Alina Kabaeva qui serait l’amante de Vladimir Poutine a reçu plus de 61 000 signatures.

La campagne d’expulsion de l’ancienne gymnaste olympique et politicienne, a été lancée par des ressortissants russes, biélorusses et ukrainiens après l’invasion de l’Ukraine par M. Poutine.

La Suisse est un pays neutre après tout

S’exprimant après la décision, Jacques Pitteloud, ambassadeur du pays aux États-Unis, a déclaré que la Suisse restait un pays « neutre ».

« Nous sommes toujours neutres. En même temps, nous mettons davantage l’accent sur quelque chose d’autre qui est très important pour les petits pays comme la Suisse : le respect du droit international », a-t-il déclaré. « Le droit international n’est peut-être pas si important pour les grands pays, mais pour les petits pays, c’est une question de survie. »

Kabaeva entretient une relation amoureuse avec M. Poutine depuis 2008, lorsque Moskovsky Korrespondent a rapporté que le couple était fiancé. Le journal a fermé peu de temps après.

LIRE AUSSI  Anne Heche : L'actrice incinérée et inhumée au célèbre cimetière de Los Angeles

En 2015, un journal suisse a affirmé qu’elle avait donné naissance à son enfant à Lugano, en Suisse. Cependant, le Kremlin a nié que M. Poutine était le père.

Après sa carrière sportive, la médaillée d’or olympique s’est tournée vers la politique, devenant vice-présidente de la Douma entre 2007 et 2014. Elle a ensuite été choisie comme présidente du groupe national des médias lié au Kremlin