Brittney Griner : La date de son jugement enfin fixée par la Russie


La star américaine du basket-ball Brittney Griner doit être jugée en Russie vendredi 1er juillet pour possession illégale de cannabis.

La joueuse de 31 ans, triple champion de la ligue WNBA et sept fois All-Star qui joue pour Phoenix Mercury pourrait encourir 10 ans de prison si elle est reconnue coupable.

La date du procès a été décidée lors d’une brève audience qu’elle a tenue lundi au cours de laquelle sa détention a également été prolongée de six mois.

Griner a été arrêtée le 17 février dans un aéroport de la région de Moscou après avoir prétendument trouvé de l’huile de cannabis dans ses bagages.

LIRE AUSSI  "Cristiano Ronaldo m'a jetée comme une merde", Natacha Rodrigues révèle l'infidélité du joueur


La peine de prison maximale s’applique au « transport à grande échelle de drogue ».

Cependant, même s’il est acquitté lors du procès, le gouvernement russe peut toujours annuler toute décision et envoyer Griner en prison.


Griner, membre de la Women’s National Basketball Association (WNBA), est considérée comme l’une des joueuses les plus dominantes de l’histoire de son sport.


Elle s’est rendue en Russie pour jouer pour l’équipe de l’EuroLeague UMMC Ekaterinburg, où elle travaillait depuis 2014 pendant l’intersaison américaine. 

Environ la moitié des joueurs de la WNBA concourent à l’étranger pendant l’intersaison, car les joueurs de la WNBA sont payés environ cinq fois plus en Russie qu’aux États-Unis.

LIRE AUSSI  Kevin Gates : Les femmes avec de l'acné sont les meilleures au lit


Il y a une semaine, le Kremlin a répondu aux critiques sur la détention de Griner en affirmant qu' »elle n’est pas une otage de la justice russe ». Il a également été question d’échanges avec des prisonniers russes, comme Viktor Bout, surnommé « le marchand de la mort », qui purge une peine de 25 ans aux États-Unis pour complot en vue d’assassiner des citoyens américains. 

Il a également été question de Paul Whelan, ancien directeur des marines et de la sécurité, qui purge une peine de 16 ans pour espionnage.


S’exprimant le dimanche 26 juin, Anthony Blinken, le secrétaire d’État américain, a déclaré dans une interview télévisée : 


« Je n’ai pas de priorité plus élevée que de m’assurer que les Américains détenus illégalement d’une manière ou d’une autre dans le monde rentrent chez eux.


Il a ajouté :

« Je ne peux pas commenter en détail ce que nous faisons, sauf pour dire que c’est une priorité absolue. »