Burkina Faso : La CEDEAO suspend le pays après le putsch

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a suspendu le Burkina Faso à la suite d’un coup d’État militaire, ce qui en fait le troisième pays membre ( la Guinée et le Mali) , à être puni pour une prise de contrôle militaire en seulement 18 mois.

Un coup d’Etat fondé sur le terrorisme dans le pays

Le principal bloc régional d’Afrique de l’Ouest a fait cette annonce le vendredi 28 janvier, quelques jours après que des soldats mutins ont forcé le président démocratiquement élu Roch Marc Christian Kaboré à démissionner.

Les soldats sont également allés à la télévision d’État pour annoncer une prise de contrôle militaire du pays, qui, selon eux, était assiégé par des groupes armés.

LIRE AUSSI  Roman Abramovich : L'ancien propriétaire de Chelsea frappé par un malheur

Les dirigeants militaires ont déclaré que Kaboré n’avait pas réussi à endiguer la violence qui a tué des milliers de personnes pendant son mandat au pouvoir.

CEDEAO bientôt dans le pays

Une délégation des chefs de la défense de la CEDEAO se rendra à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, le samedi 29 janvier, suivie d’une mission ministérielle quelques jours plus tard, selon le communiqué. Les chefs des États membres de la CEDEAO se réuniront à nouveau pour un autre sommet à Accra, la capitale du Ghana, le 3 février, afin de discuter des conclusions des deux délégations.

La CEDEAO et ses alliés internationaux ont condamné le coup d’État au Burkina Faso, qui, selon eux, pourrait déstabiliser davantage un pays en proie à la violence islamiste, mais se retrouvent avec une influence limitée.

LIRE AUSSI  Michael B. Jordan éradique toute trace de Lori Harvey de son Instagram

Les dirigeants ouest-africains se sont rencontrés virtuellement hier pour discuter du coup d’État au Burkina Faso, et une délégation devait se rendre dans la capitale burkinabé, Ouagadougou, dans les prochains jours.

Le président ghanéen, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, l’actuel président de la CEDEAO, a décrit la récente série de coups d’État en Afrique de l’Ouest comme « une violation directe de nos principes démocratiques.

« Le reste du monde attend de nous que nous soyons fermes sur cette question », a-t-il déclaré.

Le bloc pourrait encore choisir de sanctionner le Burkina Faso lorsque les membres se réuniront la semaine prochaine.

Confrontation en Libye : 3 sécuritaires et 4 terroristes de Daech tués

LIRE AUSSI  Chute de Dadju au Togo : Booba se moque de l'artiste et affole la toile (vidéo)