Guerre en Ukraine : La communauté LGBTQ a peur pour sa vie

La communauté LGBTQ reste très inquiète des dernières nouvelles qui se déroulent en Ukraine après l’opération militaire spéciale lancée par les russes sous l’ordre du président Vladimir Poutine.

La communauté LGBTQI en Ukraine, qui a connu ces dernières années de grands progrès en termes d’ acceptation et de reconnaissance des droits , craint d’être victime d’abus et de représailles de la part des forces russes, étant donné que l’ attitude homophobe du gouvernement Poutine est connue . 

« Tous les refuges officiels sont gérés par la mairie, et ils n’accueillent que des femmes, des enfants et des personnes âgées. Pour les gays et surtout pour les trans c’est difficile, surtout ceux qui ont encore leur sexe sur le passeport, c’est très difficile », », a déclaré Efe Tymur Levchuk, directeur exécutif de Fulcrum UA, l’une des rares ONG LGTBI en Ukraine. Cette organisation gère un refuge à Lviv qui accueille 13 homosexuels.

Alors que le populisme a augmenté en Europe de l’Est, les attaques contre les droits des personnes LGBTQ ont également augmenté. Dans son classement des droits LGBTQ en Europe, le groupe de défense de l’International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association, ou ILGA-Europe, classe la Hongrie 28e et la Pologne 43e sur 49 pays.

 » Les militants et les organisations LGBTI en Hongrie et en Pologne sont remarquablement courageux », déclare Evelyne Paradis, directrice exécutive d’ILGA-Europe ».

« Ils ont enduré des années d’opposition sévère de la part des représentants politiques et les conséquences des mesures anti-LGBTI. En l’absence de soutien de l’État et face à la montée de la haine, ils se sont organisés et ont pris l’initiative d’aider leurs communautés. En Hongrie, au cours des dernières années, les législateurs ont légalement défini le mariage comme une union hétérosexuelle, interdit de fait les adoptions homosexuelles et mis fin à la reconnaissance légale du genre pour les personnes transgenres et intersexuées ».

LIRE AUSSI  Edouard philippe métamorphosé : sa récente apparition choque la toile

« En février, un juge hongrois a rendu une décision consécutive selon laquelle un article comparant un groupe de lesbiennes à des pédophiles n’avait pas porté atteinte à sa réputation, selon le groupe de défense Human Rights Watch.

En Pologne, le mariage homosexuel et l’adoption sont également illégaux, et au cours des dernières années, environ 100 municipalités ont adopté des résolutions non contraignantes déclarant les zones «zones sans LGBT», suscitant des protestations et de vives critiques de la part de l’Union européenne.

« Ce que nous voyons en Hongrie et en Pologne reflète en quelque sorte une tendance plus large centrée sur la Russie », déclare Amie Bishop, conseillère principale en recherche pour le groupe mondial de défense des droits humains LGBTQ Outright Action International.

LIRE AUSSI  Fête des mères : Origine et sens de la célébration en Afrique

Les personnes LGBTQ sont diabolisées par leurs gouvernements, soutient-elle, au nom de la préservation des soi-disant «valeurs traditionnelles» comme tactique pour consolider le pouvoir et se différencier socialement, politiquement et culturellement de l’Occident.

Après l’invasion russe, de nombreux défenseurs des LGBTQ sont restés dans le pays pour combattre les forces russes et soutenir leur communauté sur le terrain, dit Bishop, ajoutant qu’Outright Action International est actuellement en partenariat avec au moins 16 groupes en Ukraine.