Kenya : Les prostituées adoptent le numérique pour avoir plus de clients

Les travailleuses du sexe du comté de Tana River, au Kenya, ont choisi de numériser leur entreprise en formant des groupes WhatsApp dirigés par divers vétérans du commerce.

Selon Nairobi News, les travailleuses du sexe ont déclaré qu’elles ne se sont pas encore remises des effets de Covid-19 malgré la levée de la réglementation par le gouvernement, les forçant ainsi à chercher d’autres moyens de maintenir leur commerce.

Anne Makau, 47 ans, est dans le métier depuis 19 ans et préside actuellement le groupe sur différentes plateformes.

« Covid-19 nous a montré l’enfer, certains d’entre nous ont abandonné l’entreprise et sont retournés dans le pays, certains ont détruit des maisons et volé des maris pour survivre à cette période difficile », explique-t-elle.

Au milieu des moments difficiles, Mme Makau, mère de deux enfants, dit qu’elle a dû sortir des sentiers battus pour survivre alors que le commerce a subi de lourds coups de Covid-19.

La communauté avait commencé à se rebeller contre le commerce et les personnes connues pour être des travailleuses du sexe sont devenues une cible à nuire par la société.

« Nous avons perdu deux filles dans les villes de Garsen et de Bura, elles ont été battues par des inconnus et ont ensuite succombé à des blessures alors qu’elles recevaient des soins à Malindi et à Mombasa respectivement », ajoute-t-elle.

Mme Makau note qu’ils ont été forcés de former un groupe d’anciens combattants où ils ont délibéré sur d’autres moyens de survivre car les rues se révélaient peu sûres pour les filles.

LIRE AUSSI  Un cycliste professionnel finit son parcours en heurtant sa femme (vidéo)

Chacune a été chargée de convoquer une réunion avec les filles et de réfléchir à l’idée de quitter la rue pour rencontrer des clients en ligne

« La plupart des clientes nous connaissent et nous contactent pour les filles, nous connaissons mieux les filles, nous connaissons celles qui sont malades et nous les conseillons et prenons en charge, donc si quelqu’un vient sans nous consulter, c’est à lui qu’il faut s’en prendre, ces rues sont pas tous en sécurité », dit-elle.

L’équipe a créé un groupe WhatsApp en décembre, où toutes les filles sont membres moyennant des frais de 500 shillings et une contribution mensuelle de 300 shillings qui sert à économiser pour d’autres dépenses.

LIRE AUSSI  Ouganda : Un pasteur bastonne ses fidèles en pleine célébration (vidéo)

Selon Mme Makau, les clients contactent les dirigeants qui affectent ensuite les filles au client, pour servir à domicile ou fournir de la compagnie dans les hôtels.

Le client est également informé du coût variable des services entre autres exigences.

« Certains clients ne veulent pas utiliser de protection, dans ce cas, nous fournissons à nos dames des kits de test qui ont été mis à notre disposition gratuitement par diverses organisations intéressées par notre bien-être », dit-elle.

Alors que certains clients peuvent préférer un partenaire, Mme Makau note que parfois le client se voit offrir d’autres options pour trouver un équilibre dans le commerce et s’assurer que chacun ramène quelque chose à la maison.

LIRE AUSSI  Courtney Clenney : Vidéo de la star OnlyFans portant des coups à son petit ami assassiné

Cela a rendu les rues vides, car les dames de la nuit n’ont pas à s’arrêter dans les nuits froides pour les clients.

« C’est plus sûr pour nous, je ne peux engager personne dans la rue pendant que nous nous battons pour un client, parfois les clients peuvent vous vouloir le jour », explique Caroline Litei.

Selon Mme Litei, le commerce est meilleur par rapport à l’époque d’avant Covid-19 car personne ne sait ce qu’elle fait dans la vie.

Le modèle d’entreprise actuel a créé une pièce sûre pour toutes les travailleuses du sexe, une famille et a tracé une meilleure voie de croissance.

« A partir des 300 shillings que nous contribuons qui vont au Sacco sous forme de somme forfaitaire, nous pouvons emprunter de l’argent pour démarrer une entreprise, nous voulons tous quitter ce commerce un jour et nous installer dans des familles comme nous tous », a-t-elle ajouté.