Connectez-vous avec nous

Actualités

Ligue des Champions : But refusé de Benzema , les 3 raisons données par l’UEFA

Publié

on

But refusé de Benzema

Le but refusé de Karim Benzema aurait pu être source de débat et de contestations si le Real Madrid n’avait pas remporté le « 14e » trophée de ligue de Champions mais le but de annulé par l’arbitre français Turpin, après consultation du VAR, était le « discours » à la mi-temps. Et même aujourd’hui, de nombreux fans se demandent pourquoi il n’est pas entré dans le tableau de bord. Voici l’explication, après consultation des sources autorisées de l’UEFA.

La première chose à dire est qu’il s’agit d’un mouvement très controversé (« gris », en termes d’arbitrage). Sans surprise, la VAR a mis trois minutes pour entériner la décision que Turpin avait prise sur le terrain (son adjoint). C’était une finale et il fallait s’en assurer.

« Toucher » et non « jouer »

« Toucher » et non « jouer » . C’est le concept clé. Les arbitres parlent de cette nuance pour différencier ce qu’est un contact d’un attaquant (il suffit de toucher le ballon pour que le hors-jeu soit constaté), par opposition à un défenseur, qui doit « toucher et jouer » le ballon. C’est-à-dire traduit dans cette action. le VAR, et Turpin, ont estimé que Fabinho s’était jeté pour défendre le ballon de Valverde mais sans l’intention de jouer le ballon, seulement pour intercepter l’éventuelle passe de Fede. C’est la nuance clé. On considère que la touche (et non la tentative de jouer le ballon) de Fabinho N’ANNULE PAS le hors-jeu de Benzema. Comme il n’y a AUCUNE touche de Fabinho (ou avant Konaté, dans le même cas) pour hors-jeu, l’action de « hors-jeu » commence à partir de la touche de Valverde.

Distinction de la norme

Distinction dans la norme. Il est important de comprendre cela pour l’avenir. Le défenseur active l’attaquant non seulement s’il touche le ballon mais doit aussi essayer de le « jouer ». Cet « essai de le jouer » est évidemment très subjectif, et donc le jeu est gris. Il y a ceux qui peuvent considérer qu’en plongeant pour le ballon, Fabinho essaie déjà de le jouer. L’interprétation de l’arbitre samedi a considéré que Fabinho sautait pour intercepter la passe de Valverde. Et c’est « toucher » et non « jouer ». La littéralité de la règle dit ceci : « Un joueur en position de hors-jeu sera considéré comme n’ayant pas profité de cette position lorsqu’il reçoit le ballon d’un adversaire qui joue volontairement le ballon. » Il y a le concept « jouer » et pas seulement « toucher ».

Le précédent d’Eric Garcia

Le précédent d’Eric Garcia . De toute évidence, les trois minutes que la VAR a utilisées avaient un objectif : être en sécurité… après le précédent qu’il y a eu, également dans le cadre de l’UEFA, lors de la finale de la Ligue des Nations entre l’Espagne et la France. Ce jour-là, une passe à Kylian Mbappé, hors-jeu, a été touchée (et jouée ?) par l’Espagnol Eric García. L’arbitre anglais Anthony Taylor et le VAR ont alors interprété qu’Eric avait annulé le « hors-jeu » de Mbappé pour avoir « joué » le ballon. Une interprétation qui était erronée, même pour de nombreux experts de l’arbitrage, puisqu’il était évident qu’Eric voulait juste intercepter la passe, mais pas jouer le ballon « volontairement », comme l’indique la règle.

Bref, une nuance qui a « donné » la Ligue des Nations à la France, mais qui, heureusement, n’a pas « repris » la Ligue des Champions au Real Madrid

Continuez à lire
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :