Monkeypox : Le Royaume-Uni a connu un nombre record de cas de variole du singe

Les responsables de la santé au Royaume-Uni ont confirmé 37 autres cas de monkeypox , la variole du singe.

Au total, l’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a enregistré 57 cas moins d’un mois depuis le premier cas.

Selon Mail Online, les autorités ont décrit l’épidémie, qui a frappé de manière disproportionnée les hommes homosexuels et bisexuels, comme « significative et préoccupante », mais ont insisté sur le fait que le risque pour la population britannique reste faible.

La conseillère médicale en chef de l’UKHSA, le Dr Susan Hopkins, a remercié les gens de s’être présentés pour les tests, affirmant qu’ils contribuaient à contenir la propagation du virus.

LIRE AUSSI  Monkeypox : Un premier cas de variole de singe détecté chez un homme aux Etats-Unis

Il est conseillé à toute personne présentant une éruption cutanée ou des lésions inhabituelles, ou d’autres symptômes du monkeypox, de contacter un service de santé sexuelle, les hommes gays et bisexuels étant particulièrement encouragés à être vigilants.

Boris Johnson a affirmé aujourd’hui qu’il était important que No10 « garde un œil » sur l’épidémie. Le Premier ministre a toutefois exclu l’introduction de mesures de voyage de type Covid ou la tenue d’une réunion COBRA d’urgence.

Le gouvernement a déjà commencé à distribuer le vaccin contre la variole qui est proposé aux contacts très étroits des personnes touchées, y compris les travailleurs du NHS.

Les Britanniques les plus à risque de contracter la maladie sont invités à s’isoler à la maison pendant 21 jours.

LIRE AUSSI  Ivana Rodríguez : 6 choses impensables à savoir sur la belle sœur de CR7

Seize pays, dont le Canada, l’Australie et les États-Unis, ont tous détecté le virus ce mois-ci.