Peine de mort : L’Arabie saoudite a procédé à sa 100e exécution dans l’année

La peine de mort continue de sévir dans certains pays du monde comme l’Arabie Saoudite . Le pays a procédé à sa 100e exécution en un an après l’exécution de quatre personnes jeudi, selon un décompte de l’AFP basé sur des déclarations officielles.

81 personnes exécutées en une journée

Les dernières exécutions signalées par l’agence de presse officielle saoudienne surviennent au milieu d’une nouvelle condamnation du bilan du royaume en matière de droits humains après que 81 personnes ont été mises à mort en une seule journée la semaine dernière.

L’Arabie saoudite procède à sa 100e exécution de l’année alors que quatre autres prisonniers sont mis à mort

Samedi, l’exécution par l’Arabie saoudite de 81 personnes en une journée – pour diverses accusations, y compris des infractions liées au terrorisme – a dépassé le total de 69 tués sur l’ensemble de 2021.

LIRE AUSSI  Jane Fonda : L'actrice est atteinte d'un grave cancer

Human Rights Watch a déclaré qu’il était « hautement improbable » que les 81 hommes bénéficient d’un procès équitable, qualifiant cela de « spectacle brutal de son régime autocratique ».

Plus de la moitié d’entre eux, 41 ans, appartenaient à la minorité musulmane chiite du royaume « qui subit depuis longtemps une discrimination et des violences systémiques de la part du gouvernement », a déclaré le groupe de défense des droits basé à New York.

L’Arabie saoudite a déclaré que les hommes, dont sept Yéménites et un Syrien, appartenaient soit au groupe État islamique, à Al-Qaïda, aux rebelles houthis du Yémen ou à « d’autres organisations terroristes ».

La moitié des personnes mises à mort provenaient de la région de la minorité chiite du pays, qui a connu des manifestations antigouvernementales depuis que le printemps arabe a balayé la région en 2011.

LIRE AUSSI  Abena Korkor se filme n.ue : "J'ai investi ma cha.tte et mon …" (vidéo)

Selon les autorités de Riyad, l’exécution massive de samedi impliquerait des terroristes étrangers et des personnes reconnues coupables d’avoir « assassiné des hommes, des femmes et des enfants innocents ».

Parmi les autres personnes tuées figuraient des prisonniers accusés d’avoir des « croyances déviantes ».

Ces 31 hommes ont été mis à mort à la suite d’une répression sanglante contre les musulmans chiites de la région orientale de Qatif, qui a toujours été un point chaud entre les habitants et le gouvernement dominé par les sunnites.

Asaad Makki Al Shub’bar Ali, 37 ans, a été arrêté alors qu’il conduisait sa femme à l’école où elle travaillait et accusé d’avoir participé à des manifestations et scandé des slogans politiques ainsi que d’être en possession d’une photo d’un militant des droits de l’homme et d’avoir rejoint un terroriste organisation.

LIRE AUSSI  THOMAS MÜLLER cambriolé pendant Bayern-Barça, voici ce qui a été volé

Selon l’Organisation européenne saoudienne des droits de l’homme (ESOHR), sa torture comprenait des «coups avec les mains, les jambes, des fouets, des fils et d’autres instruments sur tout le corps et le visage, en mettant l’accent sur le bas du dos puisque l’enquêteur savait qu’il avait un dos blessure aux vertèbres, ainsi que des coups dans les zones sensibles de son corps ».

Un autre exécuté a été Mohammed al-Shakhouri, 27 ans, qui a été torturé et maintenu à l’isolement. Ses proches n’ont eu aucun contact avec lui pendant six mois, selon l’ESOHR.