Ruby Nikara : Pourquoi son origine importe tant aux français ?

Ruby Nikara a secoué les réseaux sociaux et les médias français avec son projet incroyable de vente de l’eau de son bain à 1500£ et la vente de ses sous-vêtements usés à 100£ Une polémique devenue virale et qui a poussé les français à se poser beaucoup de questions sur elle surtout par rapport à son origine.

Origine de Ruby Nikara

Née le 24 février 2001 à Paris  de l’amour entre des parents d’origine Italienne et Marocaine et de confession religieuse chrétienne , Ruby  a reçu comme tout enfant l’affection  et la tendresse qu’il faut .

Si vous êtes du genre à juger les gens par rapport à leur origine détrompez-vous car elle grandi avec des français à Corbeil-Essonnes et réside actuellement dans le 16e arrondissement de Paris.

LIRE AUSSI  Qui est John Cena ? Age, Taille , Combien il gagne et comment il est mort et sa Fortune

Entre tentative  de suicide en direct et les buzz , Ruby a juste choisi la voie qu’elle veut indépendamment de ses origines marocaines ou italiennes .

Ruby n’a jamais fait grief de ses études sur les réseaux. Les recherches sur sa vie scolaire  ont prouvé qu’elle a fait la classe de terminale au lycée communal pour  entrer à l’université d’Etat avant  d’abdiquer selon newsunzip.com.

Carrière de Ruby Nikara

Elle a commencé en tant qu’artiste compositrice et  rappeuse. La pandémie  mondiale qui a eu raison du monde a aussi favorisé  le comming out de plusieurs talents dont Ruby. Avec le confinement, elle a pensé redonner le sourire à ces followers d’où les directs sur Instagram. Visiblement, Ruby s’attendait à plus que ce qu’elle a eu comme résultat.

LIRE AUSSI  Abou Diaby : Son ex Elisabeth Babe brise le silence après le scandale d'infidélité

Recourant au buzz, elle organise son propre   suicide en direct, ce qui fait parler la France et lui accorde quelques  abonnés de plus.

Toujours insatisfaite, elle revient cette année avec une nouveauté. Ruby, aujourd’hui  entrepreneure, vend son eau de bain à 1500 euro soit près de 1million  de franc CFA sur les réseaux sociaux, notamment sur Instagram.

De surcroît elle commercialise aussi ses dessous (des slips déjà portées par elle-même). Elle affirme avoir brûlé quelques stocks au point d’investir dans l’immobilier à Paris et à Doubaï, ce qui reste à vérifier.