Suisse : Un jeune de 20 ans transporté aux urgences après une séance de masturbation trop osée

Un jeune homme de 20 ans de nationalité suisse a été hospitalisé après un accident anormal alors qu’il se masturbait. Il a subi une lésion pulmonaire rare normalement causée par un exercice rigoureux ou de violentes quintes de toux. Il a passé une nuit aux soins intensifs et trois jours supplémentaires à l’hôpital alors que les médecins tentaient de soulager la douleur causée par l’air compressé.

L’homme est allé à A&E après avoir souffert de douleurs thoraciques soudaines et d’essoufflement alors qu’il se faisait plaisir au lit. Au moment où il est arrivé, son visage avait enflé et des bruits de craquement pouvaient être entendus de son cou jusqu’à ses bras.

Les médecins lui ont diagnostiqué un pneumomédiastin « spontané », qui voit l’air fuir du poumon et se loger dans la cage thoracique. L’affaire a été révélée dans la revue Radiology Case Reports.

LIRE AUSSI  Le mannequin Mary Magdalene expulsée d'un avion pour ses seins de 10 kg trop exposés

Ils ne savent pas comment la blessure s’est produite, mais ont noté qu’elle est plus fréquente chez les jeunes hommes.

Dans son cas, l’air piégé s’était propagé autour de son corps et même jusqu’à son crâne. Dans les cas les plus extrêmes, cela peut provoquer un collapsus pulmonaire.

Une poignée de cas ont été signalés lors de rapports sexuels mais pas lors de la masturbation.

Les médecins qui ont soigné le patient à l’hôpital cantonal de Winterthur ont déclaré que son cas était « inhabituel ».

Le patient s’est présenté à l’hôpital avec un essoufflement « grave », où il a dit aux médecins que cela avait commencé par une vive douleur à la poitrine en se masturbant.

Ses antécédents médicaux ne sont pas négligeables

Ses antécédents médicaux ont révélé qu’il souffrait d’asthme léger et non traité et d’un trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (TDAH).

LIRE AUSSI  Sologamie : Une indienne de 24 ans se marie avec elle-même , ses raisons

Une radiographie a montré qu’il avait des quantités «profondes» d’air dans son médiastin, l’espace dans la poitrine entre les sacs pulmonaires, connu médicalement sous le nom de pneumomédiastin.

L’air échappé avait également circulé vers d’autres parties de son corps, « remontant jusqu’à la base du crâne ».

Les médecins ont noté que son visage était enflé et que des craquements pouvaient être entendus lorsqu’ils appuyaient leurs doigts sur son cou, sa poitrine et ses bras.

Le patient a nié avoir consommé de la drogue ou fumé et a déclaré qu’il ne souffrait pas de toux ou ne faisait pas d’exercice physique intense, ce qui rendait son cas «spontané».

Il a été transféré aux soins intensifs où il a reçu une assistance en oxygène, du paracétamol et un traitement antibiotique pour réduire son risque d’infection.

LIRE AUSSI  Une femme mangée par ses 20 chats après s'être effondrée dans sa maison

Lorsque son état s’est amélioré du jour au lendemain, il a été transféré dans un service général et sa douleur thoracique est restée pendant trois jours supplémentaires.

Il a été libéré le quatrième jour et son état a été jugé « simple ».

Dans le rapport, les médecins ont déclaré :

« Les facteurs prédisposants sont les antécédents de tabagisme, d’asthme aigu et de consommation de drogues à des fins récréatives (en particulier la cocaïne et l’héroïne).

« À l’exception d’antécédents d’asthme léger et non aigu, aucun facteur incitatif n’a été observé chez notre patient.

« Il n’y a que quelques rapports de SPM liés à l’activité sexuelle et nous n’avons trouvé aucun cas associé à l’auto-érotisme, ce qui rend notre cas inhabituel. »