Will Smith : Son passé criminel fait surface après la gifle aux Oscars

L’acteur américain Will Smith a toujours été pris comme un homme juste et droit sans passé inquiétant jusqu’aux Oscars du dimanche passé où il n’a pas beaucoup réfléchi avant de gifler le comédien . Will s’est marié et a des enfants, travaille dur et a beaucoup de succès. Mais avant de devenir la star de rêve de « Hollywood », il n’a pas toujours été Mister Perfect.

Selon des informations relayées par des médias américains, Will a été impliqué dans une attaque brutale dans sa ville natale de Philadelphie qui a laissé un homme presque aveugle en 1989 et maintenant, près de vingt-cinq ans plus tard, de nouveaux détails sont révélés.

LIRE AUSSI  Zelensky et sa femme posent pour Vogue en pleine guerre et provoquent la colère des ukrainiens

Selon la police, Will s’est disputé verbalement avec le promoteur du disque William Hendricks, ce qui aurait conduit Will à ordonner à son garde du corps, Charles « Charlie Mack » Alston de l’attaquer.

Selon le producteur, il s’est retrouvé avec une fracture de l’orbite de l’œil gauche et a été hospitalisé et a reçu six points de suture.

Will, qui a remporté son premier Grammy Award quelques jours seulement avant l’agression présumée, a été arrêté et accusé de voies de fait graves, de mise en danger imprudente d’une autre personne, de voies de fait simples et de complot criminel.

Heureusement pour Will, les accusations ont ensuite été abandonnées.

« Will a dû passer une nuit dans la cellule du poste de police de West Philadelphia avec d’autres détenus le réveillant toute la nuit et lui demandant son autographe », a déclaré un initié au National Enquirer concernant le séjour en prison de Will.

« C’était la pire nuit de sa vie. Il veut oublier que cela ne s’est jamais produit.

Dans une interview en 2005, Will s’est ouvert sur l’agression en disant :

« Ce n’était pas ma faute. C’est ce qu’ils disent tous! Mais ce n’était pas ma faute. C’est de retour à Philadelphie. Un de mes copains a battu ce mec, et j’étais là. C’est mon histoire et je m’y tiens. »